Notre alimentation.

 

Notabene: (Cet article explique le régime alimentaire que nous avons en tant que sportif de haut niveau, il répond à nos besoins. Nous ne sommes ni médecin, ni diététicien. Ce régime nous convient, mais ce ne sont que des conseils ).

Dans la préparation d’une compétition sportive, l’alimentation est toute aussi importante que l’entraînement. Un bon entraînement mais une alimentation négligée aboutira vers des résultats en baisse et dans le pire des cas à une blessure.

Préparation = Entraînement + Alimentation 

Plus l’effort sera intense et long, plus la préparation sera minutieuse et précise. Il faut arriver le jour de la course réglé comme une horloge.


Notre alimentation est en deux parties:

1/   Un régime alimentaire de base, pour répondre aux besoins énergétiques de l’entraînement. Mais aussi pour purifier son corps sur le long terme et arriver dans les meilleurs conditions le jour de la course.

2/  Une réserve qui s’effectue 20 jours avant la course, le swimrun étant un sport d’endurance demandant des ressources énergétiques importantes, une résistance au froid et une réserve en glucides. Il est donc important de commencer sa réserve glucidique, pour que le corps puisse puiser dedans durant l’effort, du moins le plus longtemps possible.

Ce régime alimentaire est basé sur les « 3 V » : Végétale, Vivante, Variée.

  • Végétale: la plus grosse part de notre alimentation est composée de légumes, fruits, céréales, oléagineux et graines, algues(nous parlerons de la viande plus bas).
  • Vivante: des produits de saisons, crus, cuits mais sans transformation par l’homme.
  • Variée: une alimentation diversifiée est la clef, pour ne manquer de rien.

Pour être en adéquation avec nos principes et l’écologie, nous favorisons l’alimentation biologique et de son propre jardin. Notre sponsor BIOCOOP LE BOULOU, s’est occupé de la part alimentation de notre préparation, en nous proposant des produits de saisons, locaux et au détail.

thumb_capture-decran-2016-09-16-a-14-54-54_1024

Nous pensons que l’important est de manger local, c’est pour cela que nous allons dans un jardin collectif qui propose de ramasser ses propres légumes et fruits (à des prix dérisoires) nettement meilleurs que dans un supermarché.

Notre alimentation, comme notre entraînement a été mis en place par Jacques Lopez et son Cabinet « L’Instant Présent« . Notre coach physique et mental durant cette aventure, il a accepté de relever ce défi avec nous. Allez le voir: il n’est rien. Et le fait bien.


LA VIANDE:

Un sujet important pour beaucoup d’entre nous, les carnivores voulant leur dose de protéines et de sang 🙂

Pour le swimrun, nous sommes devenus quasi végétariens. En effet nous allons chercher les protéines dans les végétaux afin de garder un pH le plus neutre possible  (équilibre acido-basique) et avec une impact moindre sur l’environnement.

ATTENTION: notre régime n’est en aucun cas le seul et unique régime alimentaire possible ! La viande apporte des acides aminés nécessaire à notre corps et pour retrouver ces acides aminés en dehors de la viande, il faut additionner plusieurs sources de protéines différentes.

Petite rappel (merci à consoglobe.com)

Les protéines sont indispensables pour le fonctionnement de l’organisme : elles font fonctionner nos muscles, aident à la production d’hormones, font pousser les ongles et les cheveux.

Les viandes animales contiennent en moyenne 20 g de protéines pour 100 g. Ces protéines sont les mieux assimilées lors de la digestion.

Les sources de protéines autres que les viandes

  • Les autres produits animaux

-les produits laitiers : 25 g de protéines en moyenne /100 g pour les fromages ; 5 à 6 g de protéines / 125 g dans les yaourts.

-le poisson : 16 g de protéines en moyenne /100 g.

-les oeufs : 13 g de protéines en moyenne /100 g.

  • Les produits végétaux

-les micros-algues : chlorella et spirulina contiennent le taux le plus élevé en protéines du règne végétal et même animal, avec 50 à 70 g /100 g en moyenne.

-les céréales : 10 g de protéines en moyenne /100 g ( avec 7 g/100 g pour le pain et le riz cru taux qui passe à 2,5 g /100 g quand il est cuit, et plutôt 12 g/ 100 g pour les pâtes crues taux qui passe à 5 g/100 g quand elles sont cuites).

-les légumes secs ou légumineuses : 10 g de protéines en moyenne /100 g quand ils sont cuits.

-le tofu : 11,5 g de protéines /100 g.

-les fruits oléagineux : 17 g de protéines en moyenne /100 g.

Contrairement aux produits animaux, ces aliments végétaux ne contiennent pas tous en même temps les 9 acides aminés essentiels dont notre corps a besoin. Il faut donc faire des combinaisons entre les sources de protéines végétales pour y arriver.

Notre alimentation dans les faits:

-Composée majoritairement de légumes et fruits, crus et cuits.

-Des graines sur tous nos plats: Lin, Chia, Sésame, Tournesol, Courge.

Pour les trois premières, nous les mixons ensemble pour obtenir une poudre avec des morceaux, afin de mieux les digérer.

-Graines germées : La bombe atomique énergétique pour un sportif. Il faut en abuser !

Des sachets peuvent s’acheter dans les magasins bio (comme Bioccop le Boulou), il suffit de se construire un germoir ou d’en acheter un (environ 10€).

S’occuper de ses graines et encore plus simple que s’occuper de Patrick son poisson rouge.

Il suffit de mettre une cuillère à soupe de graines à germer au fond de son germoir, d’y ajouter de l’eau et de laisser tremper toute une nuit. Le lendemain, il faut vider l’eau, et rincer les graines chaque matin et soir (remplir le germoir d’eau, effectuer un mouvement circulaire pour que les graines se déplacent et nettoient dans l’eau, puis vider l’eau).

wvf9a1hwrwgto4wo8lna_thumb_478

Au bout de 4/5 jours vous aurez vos graines germées à mettre sur vos salades ou plats.

-De l’huile d’olive.

-Tous les oléagineux passés au four, amande, noix de cajou, noisette, noix du brésil, noix de décan, noix, …

-Les jus de légumes, ils sont parfaits pour la reminéralisation. A boire avant un effort, après… et même tout le temps ! Nous récupérons tous les légumes un peu trop mûres, les mettons dans un grande marmite et faisons mijoter à petit feu. Tous les bonnes choses  vont se détacher des légumes pour se retrouver dans l’eau. A boire assez rapidement.

-Du poisson sauvage de temps en temps.

-De la dinde les jours de grosse faim.

-Pas de produit laitier de vache, quelque fois des produits laitiers de brebis.

-Lait de riz, d’amande, de noisette.

-Les baies de goji, cranberry, myrtille, …

-Spiruline sous forme de gélules que nous prenons chaque matin et après des entraînements intensifs.

Il existe de multiples recettes
pour préparer des plats équilibrés et bons gustativement. Dans chaque recette nous pouvons trouver un compromis à certains ingrédients.
thumb_capture-decran-2016-09-16-a-15-00-48_1024

La galette de riz soufflé, une amie pour la vie et pour le coup de fringale !

 

 

-Recette de jus à boire pendant l’entraînement: avant chaque gros entraînement (4/5heures), nous préparons un jus d’orange amélioré.

En effet nous utilisons un extracteur pour préparer notre potion magique.

Une recette secrète à ne surtout pas divulger !

3/4 oranges pelées

3/4 citrons pelés

1 banane 

2 kiwis

2 branches de gingembre pelées

1/2 cuillère à café de curcuma


 

Les raisons qui me poussent à favoriser au maximum l’alimentation biologique:

-L’agriculture biologique n’utilise pas de pesticides, c’est être sûre de consommer des produits issus de modes de culture et de transformation basés des règles strictes et n’utilisant pas les produits chimiques.

« Le bio c’était l’alimentation normale de nos arrières grands-parents. »

-Un goût mille fois meilleur.

-Les enfants sont plus sensibles aux pesticides alimentaires (femme enceinte).

-Des nappes phréatiques et cours d’eau protéger et conserver.

-Ne pas manger d’OGM.

-Une terre plus saine et fertile, en évitant la monoculture et utilisant des engrais naturels. Pour conserver les micro-organismes de la terre. Permaculture.

-Pour préserver et assurer la pérennité de nos fermes françaises.

-Sauter les intermédiaires et aller directement à l’agriculteur près de chez vous, vous bénéficiez de prix raisonnable, mais surtout d’une rencontre et d’un échange avec la personne qui s’occupe de vos fruits et légumes.

-Manger sainement et être en bonne santé n’a pas de prix.

-Pour apporter sa part à la planète, développer un mode de vie durable.


 

Le congélateur (un super ami qui vous rendra de grands services).

Les fruits et légumes sont des produits vivants, donc ils murissent puis pourrissent. Afin d’éviter la dernière étape, vous pouvez les congeler. Cela vous évitera de faire des déchets, si vous acheter en plus grande quantité de faire des économies et de manger des fruits et légumes toute l’année même s’ils ne sont pas de saison (car on le sait, il est conseillé d’acheter seulement des produits de saison au supermarché).

Il est vrai que parfois cuisiner de bons petits plats, prend plus de temps que se faire un macdo ou un plat déjà prêt. Voici quelques astuces pour vous éviter ce genre de désagréments…

  • Préparer déjà vos smoothies !

-Congeler les fruits, en sachet individuel, en mélangeant plusieurs fruits.

  • Obtenez des petits plats de légumes rapides pour les soirs où vous n’avez pas le temps.

-Coupez vos légumes en dès et mélangez les. Puis mettez les dans des sachets individuels.

  • Savez vous que vous pouvez congeler vos tartes ?

-Pour congeler une tarte, il suffit d’attendre qu’elle refroidi, puis mettre dans un film étirable. Pour la réchauffer: 2heures à 90 degrés. (La flemme de cuisiner ? Réchauffez vous une tarte 😉 )

  • Préparez vos propres bouillons pour riz, pate,…

-Remplissez un grand sac de congélation de vos restes de légumes, de pelures bios,… Quand le sac est rempli: Portez à ébullition le contenu du sac avec 3L d’eau, du sel, 10 graines de poivre, des épices (thym, romarin, laurier,…). Puis couvrir (1h ou plus si vous le souhaitez plus concentré), goûtez, assaisonnez. Puis mettez le dans des bacs à glaçon.


Les impacts sur l’environnement du régime carnivore

La consommation massive de viande (bovine, de porc, de poulet) entraîne des effets néfastes pour la planète. En effet c’est un secteur responsable de prêt de 15% des émissions annuelles de gaz à effet de serre de la planète (ces gaz sont responsables en partie du réchauffement de la Terre).

Le deuxième impact négatif est la privatisation des terres agricoles, 75% sont dédiées à nourrir les animaux. Allant dans l’extension, cela oblige à trouver de nouvelles terres, donc avoir un rôle important dans la déforestation mondiale.

Les réserves d’eau potable sont aussi surexploitées pour répondre aux besoins.

Le quatrième impact est la pollution des sols par les excréments, une pollution impactant les nappes phréatiques, les cours d’eau, les mers et océans…

Nous ne sommes pas dans la volonté absolue d’arrêter la consommation de viande. Nous pensons que la solution se trouve dans le compromis et la nuance. Effectivement la consommation de masse est nocive, comme chaque chose dès que c’est poussé à un extrême. Mais une consommation plus raisonnée et réfléchie est possible, en premier lieu pour sa santé et celle de ses enfants, puis pour continuer à protéger la nature et ainsi faire sa part dans la conservation de la planète. Les alternatives possibles sont de consommer local, aller voir son boucher, les éleveurs de sa région, se renseigner sur l’origine de la viande et l’acheter bio.

Il est vrai qu’une barquette de saucisse industrielle en supermarché coûtera toujours moins que chez le boucher, mais qu’en est il pour notre santé? Pour le plaisir gustatif?

Chacun est libre de faire sa part pour la planète et pour soi même.

thumb_capture-decran-2016-09-16-a-12-22-54_1024

Jonathan Rocque,

Life is good.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s